L’inexorable ment

Je voudrais aujourd'hui ne rien dire, ne rien faire. Me laisser aller au divan qui chez vous s'impose. Ne pas savoir ce que vous m'aviez dit avant de me plonger ici : "laissez venir, associez, mettez les mots au fil de l'eau, sans censure, sans tabou". Ne pas savoir ce que je fais la. Et vous derrière moi.

Un grand silence se fait, qui le contient tout entier. Et j'aime pour une fois le laisser libre vraiment. Quelle libre association quand l'autre écoute aux portes de l'inconscient ?

C'est une séance paisible et pleine. Sur toute sa longueur, infinie.

- Nous allons nous arrêter la pour aujourd'hui.

- Merci. - Puis, au seuil de la porte droit dans mes yeux : - L'inexorable ment.

Aujourd'hui il a tourné toutes ses pages au vent.

Et la séance d'avant : Il est vert