J’aime ta couleur café

« Voir les choses en couleurs, -grâce aux grains de café que j’aime tant-,

je le fais.

Avoir des bras pour m’accueillir, -avec mes grains de café si spéciaux-,

je voudrais.

C’est à peu près tout, -sauf des grains de café que j’ai épuisés-,

je le suis. »

Violine, que j’aime artcompagner, m’écrit qu’elle a, à son tour, aimé comment je l’ai emmenée vers le monde, en lui ouvrant une fenêtre sur ces voies, en y mettant les mots « justes »

Violine m’écrit plus avant sur elle et sur ses « elles », en cours de déploiement, et moi, j’ai de suite en-vie, de tisser, légèrement, ce qu’elle dit et que ce soit dit d’elle.