Luxuriante

– Dis Eva, dans l’atelier Luxure & coaching, à l’instant où tu as entendu cette femme nous dire « Moi, c’est avec vous deux, toi André et toi Eva, que j’ai envie de faire l’amour maintenant ! » qu’as-tu aimé imaginer ou redouter, juste avant de l’allonger là, sur le futon, au beau milieu du groupe et du tapis de laine ?

- Quand j’accompagne, en bord de ciel et ailleurs, la perspective est l’horizon. Aussi le mot ne se prend pas au mot, le geste est libre et juste de sens. Et j’accompagne la relation, au-delà de la rencontre et de l’instant. Cette demande, du soir et d’éclore, prenait source au précis instant d’avant : quand nous nous sommes trouvés à trois évadés, elle, toi et moi. Tout en haut des cent marches qui, de la cour intérieure, ventre de la mère symbolique, mènent ici vers le bord du ciel. Dans cette intimité-là, le désir originel est à nouveau né.

Et toi, André, puisque tu me le demandes, quelle a été ton désir et ta peur ?

- C’est tout d’abord l’envie de donner à cette femme un massage qui m’est venue. C’est ma manière à moi d’offrir de la tendresse. Un art du tendre et de l’intime protégé par un protocole. Et puis l’entre-nous de toi et moi, animal et originel, a fait voler en éclat peurs et protection, fantasmes et protocole ! Ainsi, sans un mot, nos mains et nos caresses se sont posées sur elle, sur ses cheveux et ses épaules, sur son visage et sa peau, comme un onguent magique pour retrouver une mémoire ancienne. Dis, Eva, est-ce la main d’un ange, qui en bord de ciel, guide ainsi tes doigts ?

- Sans guidance je vis. Et je guide à partir de la vie. Je relie ce que tu dis à la façon dont je peins, dont j’écris. D’autres artistes aussi « se ressentent » comme pris par la main de Dieu. En ces instants suspendus, un seul élan : servir.
Que tu crées avec moi ainsi, m’émeut, et me fait vivre. Et c’est en cela que cette femme nous avait si bien unis, pour aller au bout de son vrai désir. Comme la toile, le vélin, le néon de nos écrans, elle appelle le plein et le libre en elle. Et en lui, comme l’après séance l’a voulu.

L’amour appelle les amours…

Luxuriante traversée à deux mains.

*

Et la main de l’ange à l’origine toujours, l’enfant en chacun de nous.