Un temps pour elle

Larmes sur fleurs fanées

Les empêchent de sécher

Et composer joli bouquet

Intemporel

*

Elle aimait regarder les visages aimés. Petit enfant, elle les fixait. Elle ne savait que dire. Les yeux taisent l’enfer. En grandissant, elle avait appris, à aussi baisser les yeux. Et regarder, entre les cils. Et voir en l’autre, ce qu’il ne sait. Puis, elle a voulu, apprendre à nommer, tenter de dire, son pur secret. Personne n’en voulait.

Alors elle reste, entre elle et elle, et ceux qui viennent, ne font que passer… Elle, elle le sait.

Mais qui pourrait bien, voir en elle et lui dire enfin, ce que, d’elle, elle tait ?

*

Et s’il venait ?