111 sera désormais le chiffre de la peur…

111ème Conseil du Lundi d’Henri Kaufman sur son blog hardi : n’ayez pas peur d’avoir peur !

Vous arrive-t-il d’avoir la peur au ventre ? Peur de ne pas réussir ? Peur de faire mal ? Peur Capture d’écran 2012-05-20 à 19.38.34 de l’inconnu ? peur de démarrer un travail (c’est le fruit de la procrastination) ? Peur du noir ? Il y a différents types de peur mais, vous le savez bien, la peur du danger n’éloigne pas le danger. Les émotions sont parfois incontrôlables mais en identifiant le type de peur dont vous souffrez le plus souvent, et en vous jetant dans l’action, vous ferez un premier pas vers la guérison, vers l’impassibilité et l’insouciance qui sont les premiers ingrédients du succès.

Voilà 7 types de peur identifiés par Bud Biltanich :

La peur de l’échec : c’est la plus courante. Elle se manifeste chez ceux dont l’égo ne supporte pas le moindre accroc ou la plus petite humiliation, et chez les perfectionnistes chez qui rien n’est jamais assez parfait. Est-ce que tout cela est important ? Non, seuls ceux qui n’entreprennent rien n’ont jamais d’échecs…

La peur du succès : c’est paradoxal mais le succès (comme l’élection présidentielle…) entraine une surcharge de responsabilités. Serai-je à la hauteur ? Supporterai-je le stress et une pression accrue sur mes épaules dont j’ai surestimé la résistance ?

La peur d’être visible : si vous réussissez, le projecteur va être dirigé sur vous, vous serez en lumière et vous craignez d’être ébloui, de ne pas savoir répondre à d’éventuels contradicteurs qui ne manqueront pas de vous chipoter votre succès. Ne vous laissez pas faire, on ne peut absolument pas plaire à tout le monde !

En réussissant, vous allez immanquablement vous faire des ennemis et vous allez être rejeté d’une partie de vos anciens collègues qui vous en voudront d’avoir réussi… à leur place. Comptez vos « vrais » amis, ils sont en nombre suffisant.

La peur de l’intrusion : en étant sous le projecteur, tout le monde va – enfin – voir clairement qui vous êtes, vos qualités mais aussi vos défauts et vos zones d’ombres… N’ayez crainte, tout le monde en a, même ceux qui trustent les premières places.

La peur de l’inconnu : personne, sauf les voyantes et les chiromanciennes (!), ne peut prévoir l’avenir alors ce n’est pas en restant immobile que vous progresserez. Comme le bernard l’hermitte qui sort de sa coquille quand il grossit, et se met en danger pendant quelques minutes, vous aussi sortez de votre coquille !

La peur d’exprimer ses sentiments : quand on est sur le devant de la scène, on ne peut plus feindre, il faut montrer ses tripes, et ce n’est pas très facile pour un introverti…

Les deux secrets – au sens d’Henri, et je le suis -, qui combattent la peur, au bout du bout, s’appellent l’action et la confiance en soi. Ils se travaillent, dans les livres et aussi sur le divan du psy que je suis.

Deux secrets alors, livrés, pour ce conseil du lundi, et le recueil des 100 Secrets de Managers qui réussissent sur Amazon livré à vous.

Un ouvrage par nous deux co-écrit.

Et sur la peur qu’ai-je moi à dire ? Voici ce qui me vient et vers vous va. En vous remerciant de votre lecture et confiance.

La peur de la peur est angoisse existentielle, de vivre et de mourir. Alors, aimez : aimez ceux qui vous aiment,aimez ce que vous faites, et aimez vivre, et mourir, d’amour.

Eva Matesanz, le coup de pouce du coach, à chaque conseil ami