Au coeur de l’humain

Je reviens d’un voyage en humanité, avec des escales inattendues et vraies :

Quand le désir n’est plus, apprendre à le penser… Et le jour où il revient, bonheur d’avoir appris, à le penser ainsi, et poursuivre pensées partagées. – Nous confie la psy qui parle.

Le neurologue qui, de l’organique est passé, à soigner les noires idées, nous découpe à l’intérieur : et il y a foule de « protecteurs », entre nous et l’enfant hardi. Celui que nous fûmes jadis. Résistances, dit, à côté de moi, un psy. Parent, adulte et l’enfant, dit l’ATéiste convaincue, de mon rang au bout du bout. Et chacun met protections à, de lui-même, les échos. Murs, qui les font résonner plus fort.

Contre la violence, c’est déjà de la violence. – Nous surprend le sociologue en chef, de projets humains. – Réapprendre à regarder ce qui est, en ses moindres détails, merveilleux d’absurde, et piégé. Demander à autrui ce qu’il est, plutôt que de « le protéger » de ce qui est protection qui, seulement, m’appartient. Oser les plus simples essais, expérimenter, tenter le diable, et gagner le ciel. Redonner à l’argent sa place outragée : le revenu est juste règlement des humaines dettes tout simplement ! Et ressource pleine de sens. Et ces quatre dispositions, les quatre pieds d’un renouveau.

Alzheimer nous est promis. – Clame le psychanalyste ni conventionnel ni conventionné. – Du fait du rallongement de la durée de vie, du déni de la mort certaine, des non-dits et secrets entre nous, des jointures entre les vies qu’on mène (deuil, séparation, choc). Une mort douce et naturelle. En vie et jusqu’à extinction. Autant se faire accompagner avant, et, en proche, s’accompagner pendant.

Et pour finir en souffle et en c(h)oeur, au TEDx Vaugirard road de ce 7 juin, Juan Ramos nous apprend le vibrant toucher intérieur. En soi et avec l’autre en lien. Un bien fou pour un mal d’hier. Là dessus je ne dis pas plus car cet apprentissage aura toute sa place dans mon prochain atelier du toucher : le lundi 9 juillet.

Lui aussi, plus que jamais : au coeur de l’humain…