Dans la maison

« Je ne sais vraiment comment justifier ta résolution.
Mieux valait pour toi ne plus vivre que vivre aveugle à jamais. »
Sophocle, Oedipe-Roi (vers 1366-68)

Dans la maison est un film d’Ozon, taxé de n’en plus finir, comme tous ses films à lui. Comme la vie…

Intemporel aussi.

Création de création. Oeuvre sur l’oeuvre. Mais surtout, mystifier le mythe. Il en a bien besoin en ces temps sans foi ni loi. De Morale, le film il n’en a pas. Et pourtant, la morale, comme dans les fables de La Fontaine qu’il contient à profusion, est morale à tant de niveaux que lunettes 3D il nous faut. Comme dans la vie à nouveau…

LE mythe.

Aimer son père et sa mère. Pour survivre. S’en départir pour partir, et vivre sa vie. Et entre ces deux mouvements, en choisir un et renoncer à l’autre.

« Il y a toujours un moyen d’entrer dans les maisons des autres! » – s’exclame Claude en conclusion.

Oui. Il est si facile. Puisqu’il est si difficile de bâtir sa propre maison…

*

Louise Bourgeois, Alfred Hitchcock, père et mère de Ozon, et Ozon qui « finira », le jour où il s’en départira… Et qui vivra verra.