Jusqu’à ce que balancier se fige

Il y a quelques jours, le fil de soi, si ténu, par lequel chacun de nous tient à la vie, avait été doublé par des savants jeteurs de sorts d’un fil de nylon et d’une étiquette ahurie : maniaco-dépressive.

Et plusieurs lots de munitions lui avaient été remis. Elle a avalé tout d’un coup et s’est balancée belle et nue aux deux fils réunis. Jusqu’à ce que balancier se fige et poupée glisse dans la nuit…

En dernier hommage à Sophie