Emmurée

Emmurée. Cela ne peut être que cela. Car, de l’autre côté de là ou elle vit, il n’y a rien, ni personne qui, habiter, puisse la nuit. Emmurée. Elle doit l’être. Puisqu’elle l’entend. Longtemps. Et elle gémit. Et sa plainte se poursuit. Jusqu’à l’aube. Et dormir n’existe plus.

Alors. Elle choisit. De quitter des fois son lit. Et aller s’étendre ailleurs, un instant, et très souvent, auprès de cette autre elle, qui, elle,  vit. Sur divan. Tout démolir.

**

Une psychanalyse cela se finit quand on meurt… ou qu’on vit enfin.