Tu es vivante

« Laisse toi faire un petit peu par tes larmes, laisse les donc te laver, désencombrer ce qui te fait tant de peine et si peur. Et puis elles s’arrêteront et tu pourras ouvrir les yeux sur un monde neuf. »

Tanakia, Tu es vivante

Et ma façon à moi de ce poser :

Joue contre terre. De pierre polie le carré. Celui qui offre, en salle d’eau, le reflet le plus volé.

Joue contre terre, disais-je. Et le froid qui de la mort nous a égarés.

Joue contre terre. Larmes, bave, morve, squames, poils et saleté.

Joue contre terre. Et l’homme qui ainsi fut fait… Quand osera-t-il se relever ?

Parce que pour être vivante je veux amour d’homme avortée.

Amour d’homme debout.

Et à deux vivre chemins.

Joue contre terre.

Joue contre joue.

Et entre nous.

L’air…