Mar’elle et lui

A l’ombre de l’arbre rouge

de la cour de récréation,
à la marelle nous avons joué,
de feu colorée.

Mes larmes l’ont effacée.
D’un seul trait, sans regret.
A la rentrée des classes,
le retrouverai-je ?

L’arbre oui. Mais lui ?
La marelle est dans ses yeux.
Ligne d’horizon
où je plonge à pieds joints !

Les petits formats de Violine peuvent contenir tout un monde intérieur qui se révèle par le bain des mots.