Attrapeur de rêves

En atelier d’aquarelle l’âme du groupe me demande aujourd’hui de ma main bleue choisir et tirer au sort le thème.

Pas étonnant si le petit papier révèle « la plume«   et si j’en suis fière.

De suite sur le carreau de la porte un petit filet rond orné de plumes et de perles, qui m’avait jusque là échappé, m’attrape et m’interpelle. J’interpelle ainsi moi-même l’âme sage du groupe au sujet de cette affaire. De la discussion sereine en sort l’oracle qui ferme sur moi la trappe et scelle mon envie soudaine : ce serait un attrapeur de rêves. Et ce sera pour moi le thème.

A son origine, se trouvent les Hurons (ancêtres canadiens), pour qui les humains font tous partie du Grand Esprit, créateur de la nature et de l’humanité. Le rêve est le véhicule qui permet l’échange entre l’Homme et ce Grand Esprit, universel et intime, pour nous révèler les besoins de l’âme, qu’il est aussi primordial de satisfaire que ceux du corps. Le rêve permet de se libérer. Il assure l’équilibre. En écoutant la démarche que les rêves nous proposent, on comprend tout aussi bien les besoins de l’âme, que l’on comprend, très naturellement, les besoins du corps.

Selon le mythe amérindien, très répandu encore aujourd’hui dans le Nouveau Continent, ce dream catcher ferait au lever du jour le tri des bons et mauvais rêves. Les mauvais s’arrêtent au filet. Les bons glissent jusqu’aux plumes préservant ainsi l’amour et la douceur nourricières. On peut aussi insérer sur le filet du capteur, des petits objets précieux, comme des perles, en effet, ou tout autre objet qui nous serait précieux…

Je rêve déjà d’un filet auquel accrocher nos mains et nous laisser caresser aux plumes de nos rêves partagés !